top of page

2 éléments trouvés pour «  »

  • Recommandations de podcasts : comprendre les enjeux écologiques et appréhender la complexité de notre époque

    Je suis une grande auditrice de podcasts. Ils se sont immiscés un peu partout dans ma vie. J'en écoute en cuisinant, en rangeant, en faisant le ménage. J'en écoute en me déplaçant à pied, en voiture, en train ou en métro. Et j'en écoute même en ne faisant rien d'autre qu'écouter, confortablement installée sur mon fauteuil préféré ou dans mon lit. Je vous partage ici certains des podcasts qui me permettent : de comprendre les enjeux de notre époque et de les appréhender dans leur complexité ; de m'informer sur l'actualité liée à l'écologie ; d'approfondir des thématiques essentielles ; de rentrer en profondeur dans la pensée ou le témoignage de personnes qui œuvrent, chacun·e à sa manière, au maintient des conditions d'habitabilité de nos écosystèmes sociétaux, économiques et environnementaux. J'en profite pour vous orienter vers des épisodes qui donnent la parole à quelques-unes des personnalités dont la pensée m'inspire particulièrement : Sandrine Roudaut, Fatima Ouassak, Jean-Pierre Goux, Thimothée Parrique, Maxime Blondeau et Agathe Cagé. 1. Sismique - Julien Devaureix Le monde change... et on n'y comprend rien ! Julien Devaureix enquête sur les changements puissants et structurels qui sont à l’œuvre, en appréhendant les enjeux dans leur diversité et leur complexité. Il assume cette incompréhension qui s'empare de nous face à la diversité des sujets en jeu et à l'ampleur des défis. Il revendique l'humilité et l'ouverture nécessaires pour commencer à s'en saisir. Il explore la complexité du monde avec des invité·e·s de grande qualité, un sujet après l'autre, laissant le temps à chacun·e d'approfondir sa pensée et d'expliquer ses modalités d'action. Un épisode conseillé : #136. Révolution bleue : imaginer la transition écologique - JEAN-PIERRE GOUX 2. Y'à plus de saison - Swann Périssé, Binge audio Ou comment faire rire en parlant de fin du monde L'humoriste Swann Périssé s'est donné les moyens, avec Binge audio, de proposer un podcast qui est aussi un spectacle de grande qualité. Cela donne probablement un moment génial à vivre quand on est dans le public, mais c'est aussi un moment réjouissant à l'écoute. L'idéal pour découvrir ces sujets quand on en est un peu éloigné, ou que l'éco-anxiété nous en dissuade ! En plus, les épisodes sortent le dimanche. Ils accompagnent parfaitement mon petit brunch dominical. Un épisode conseillé : #4 - Fatima Ouassak : la boss finale de l'écologie politique 3. Remarquables - Thomas Gautier Rencontrer l'oracle, explorer le futur en se remémorant l'histoire L'approche choisie par Thomas Gautier, Titulaire de la chaire Carbone 4 "Stratégie en Anthropocène" à emlyon business school, est celle d'un voyage dans le temps. Il propose à son invité·e d'approfondir sa vision des enjeux écologiques sur lesquels il·elle travaille, en se projetant à Delphes, devant la plus célèbre des oracles de notre civilisation. Quelles questions sur l'avenir poser à l'oracle ? Quelles sont les bonnes questions à poser, celles qui pourraient permettre d'éclairer notre présent et d'imaginer comment agir aujourd'hui ? En prenant ce recul sur notre époque de l'Anthropocène, en la mettant perspective sur le temps long par une exploration du futur qui puise sans cesse dans l'histoire, ce podcast permet d'approcher les fondements de l'action de celles·eux qui s'engagent aujourd'hui. Un épisode conseillé : #41 Maxime Blondeau - Se représenter le monde pour pouvoir mieux l'habiter 4. Dites à l'avenir que nous arrivons - Mathieu Baudin, les Eclaireurs Canal +, Institut des Futurs souhaitables Penser les métamorphoses de notre société et imaginer des perspectives d’avenir Ce podcast est celui par lequel je me suis plongée dans les enjeux de notre époque. C'est en écoutant l'utopiste Sandrine Roudaut, interviewée par Mathieu Baudin de l'Institut des Futurs souhaitables, que j'ai (re)-trouvé une boussole pour comprendre le monde et un élan pour m'y engager. Cela m'a amenée à m'embarquer dans la Labsession #31 de l'Institut des Futurs souhaitables, puis à créer Les Délié·e·s, dont le nom est directement inspiré de la pensée de Sandrine Roudaut. Ce podcast est à chaque fois un voyage optimiste et incarné, qui nourrit et redonne de la force et de la clairvoyance pour agir aujourd'hui. Un épisode conseillé : Faire le bilan de nos liens d'aliénations, avec Sandrine Roudaut, utopiste 5. Enquête d'avenir - Ariane Cronel Une enquête pour redonner chair à l'avenir Ariane Cronel a pensé ce podcast comme une enquête sur "le chemin de demain". Elle part de ses constats sur l'incertitude face au futur et la confusion, voire la disparition d'une pensée claire et partagée sur l'avenir. Même si je ne partage pas complétement ses constats de départ, l'exploration qui en découle est passionante. Ariane Cronel y assume sa vision subjective, les incompréhensions qu'elle rencontre au fil de l'enquête et finalement le cheminement de sa pensée. Et elle le fait avec autant d'honnêteté et de transparence que de pragmatisme et d'engagement. Un épisode conseillé : Épisode 25 : Après la démocratie ? Agathe Cagé, haut-fonctionnaire et politologue 6. Chaleur humaine - Nabil Wakim, Le Monde Des paroles expertes pour comprendre comment faire face au défi climatique Chaleur Humaine est plus classique dans sa forme. Un journaliste, Nabil Wakim, s'empare de la question climatique et la décortique en interviewant des expert·e·s. L'angle, s'il demeure vaste, est donc plus thématique, moins englobant que dans les autres podcasts. Il traite de la crise climatique et l'aborde sous des angles précis : énergie, mobilités, alimentation, croissance, mode, santé... Un épisode conseillé : Climat : Faut-il décroitre ? (avec Thimothée Parrique) Et aussi : Un jour la terre s'ouvre, Injustices S4, Louie média : Injustices est un podcast qui décortique les injustices structurelles. La saison 4, intitulée “Un jour la Terre s’ouvre”, et signée Lucile Torregrossa, est une enquête sur l’impact disproportionné du changement climatique sur les femmes. Adapt or what ? - Programme B, Binge audio : un hors-série en 5 épisodes en partenariat avec l’Ambassade des États-Unis en France et WeDemain sur l’adaptation face au dérèglement climatique. 2030 glorieuses - Julien Vidal : rencontre avec des acteur·ices du "monde de demain", qui incarnent des utopies vivantes. Vlan ! - Grégory Pouy : vivre sereinement dans une société en bouleversement. Sans transition : les transformations environnementales vues par les étudiants de Sciences Po. Il existe aussi des podcasts plus spécialisés qui abordent directement la question culturelle et le spectacle vivant à l'aune des enjeux écologiques, mais j'ai fait le choix de ne pas les citer ici. La première raison est que ce n'est pas par là que j'ai moi-même abordé ces questions. Et la deuxième est que cela mériterait sans doute un article à part entière. Peut-être que je tenterai l'exercice dans les mois à venir !

  • Le site des Délié·e·s nouvelle version : la redirection écologique au cœur de la pensée et de l'action

    Bienvenue sur le blog des Délié·e·s ! Après une première année d'existence, j'affirme l'identité des Délié·e·s de manière plus concrète et plus aboutie. Le site a été retravaillé pour refléter encore plus clairement l'engagement d'accompagner le secteur de la culture vers une redirection écologique et de contribuer à la transition des territoires. Il dessine également la volonté d'être dans une posture de recherche-action. Je suis Julie Hairy, fondatrice et porteuse des Délié·e·s. C'est moi qui prendrai la plume ici pour vous raconter ce que nous faisons. Parce que Les Délié·e·s repose sur toute une constellation de personnes et de dynamiques collectives. Sur ce blog, je partagerai : les actualités des Délié·e·s, des ressources et des points de vue sur la redirection écologique, les projets de territoire et les thématiques qui structurent notre démarche (droits culturels, économie sociale et solidaire, coopération, urbanisme culturel...), le récit de certains des projets que nous menons ou que nous accompagnons et qui illustrent les enjeux de redirection écologique (gouvernance, processus de création, co-construction de projet, modèles économiques...) et les initiatives, les actions, les événements inspirants portés par les réseaux dans lesquels nous sommes engagé·e·s ou par d'autres acteur·ice·s qui agissent dans la culture ou la redirection écologique. Pourquoi la redirection écologique ? Il y a de nombreuses façon de nommer les grands enjeux qui traversent notre époque et la manière d'agir dans ce contexte : développement durable, transition écologique, décarbonation, régénération, etc. Parler ici de redirection écologique est plus une proposition contextuelle et subjective qu'une volonté de figer l'action des Délié·e·s dans une direction qui en exclurait d'autres, dans un cadre de pensée qui se couperait des autres initiatives. C'est un vocabulaire qui prend de plus en plus d'ampleur dans le paysage culturel actuellement et qui permet de mettre l'accent sur la mise en action concrète et engagée des organisations. Il invite à regarder les enjeux de manière globale et systémique et à les articuler au regard des singularités de son organisation, de son territoire d'action, de son modèle économique, de sa gouvernance. C'est à l'occasion d'un atelier sur la redirection écologique auquel j'ai participé en novembre dernier, que j'ai découvert cette approche. Cet atelier était proposé lors des dernières Rencontres nationales d'Arviva et a été développé dans le cadre d'Objectif 13, projet de recherche-action interrégional porté par La Collaborative (association réunissant 5 agences régionales de développement artistique et culturel). Il s’inspire du cadre de pensée de la redirection écologique développé par Alexandre Monnin, Diego Landivar et Emmanuel Bonnet (Laboratoire Origens Media Lab) qui ont développé la Fresque du Renoncement : atelier pour imaginer en collectif à quelles activités mettre fin et comment, pour respecter les limites planétaires. Une posture de recherche-action et de collaboration : co-construire, agir, penser, partager L'histoire des Délié·e·s s'est d'abord écrite en duo avec Florence Lebreton. Pour des raisons personnelles, Florence a quitté la gouvernance des Délié·e·s, mais cette aventure continue à s'écrire à plusieurs. La pluralité des regards et des compétences, autant que la force de la coopération, restent au centre de la démarche des Délié·e·s. Aujourd'hui, Les Délié·e·s c'est donc mon projet (Julie Hairy), mais je mobilise autour de moi une constellation de personnes et de structures en fonction des besoins et des sollicitations. Cette construction autour de la coopération est aussi liée à la posture de recherche-action des Délié·e·s. Il s'agit d'explorer de nouvelles manières d'agir, en interrogeant la place de l'art et de la culture dans la redirection écologique et dans la fabrique des territoires. Cela nécessite de multiplier les expériences tout en produisant de la connaissance, pour pouvoir partager et essaimer. Ce qui réunit les forces humaines autour du projet des Délié·e·s, c'est la démarche proposée : la boussole commune à élaborer, le chemin à défricher pas à pas, les outils à créer ensemble pour être les mieux équipé·e·s possible. La constellation autour des Délié·e·s me permet de tisser des projets dans lesquels nous pouvons être à la fois dans la mise en œuvre de l'action, dans l'observation de cette action et dans son analyse. Elle permet également de multiplier les postures et les approches : accompagnement des organisations, ingénierie culturelle de territoire, accompagnements individuels, transmission et partages... Découvrez qui sont Les Délié·e·s ?

bottom of page